Les Antennes locales ANDAR

Comment contacter nos nombreuses antennes locales à votre disposition ?

Antenne locale

 Actualités

Témoignage d’une patiente atteinte de polyarthrite rhumatoïde (suite)

Dernière modification le 12 juin 2013 , par Jean-Noë l - Redacteur


C’est la cérémonie d’ouverture du Festival international de Piano à l’Opéra de Shanghai. On laisse le fauteuil à l’hôtel car il y aura très peu à marcher et puis j’ai été assise toute la journée ! Fantastique, l’Opéra est superbe tout illuminé de nuit (réalisé par un architecte français Jean-Marie Charpentier). Le concert est très beau, retour en taxi à l’hôtel et préparatifs pour la suite de l’aventure, on quitte Shanghai demain pour un circuit prometteur .

Donc le lendemain départ Suzhou « la Venise Orientale » ou « Cité des jardins » en visitant de très beaux villages sur notre route. Inutile de dire qu’on c’est régalés, pas de fauteuil mais la possibilité de s’assoir au bord de l’eau dans les jardins. Chacun va à son rythme et je savoure ces moments de découvertes inouïs. La visite du musée se Suzhou se fait en fauteuil, comme en France il y en a à disposition à l’accueil. Puis route pour Wuzhen, petit village sur une île traversée de canaux avec des tas de petits ponts de pierres. Fabuleux village sans aucune voiture avec de petites ruelles. Bien sur aucun fauteuil possible avec autant de ponts ! j’ai réussi à faire une longue ballade dans la rue principale. Et quand je n’en peux plus je me pose sur les bancs le long des cours d’eau et j’admire cette architecture toujours aussi belle quel que soit les particularités des villages. Il faut dire qu’en plus il fait très chaud 35°C en moyenne et que toute la troupe ne mène pas un rythme d’enfer, on est tous à un rythme un peu ralenti indépendamment de mes difficultés à marcher. Le lendemain départ pour Hangzhou. Un proverbe chinois dit « il y a le paradis dans le ciel et sur terre il y a Suzhou et Hangzhou » c’est vous dire ! Comme on couchait 2 nuits, on a pu emprunter un fauteuil à l’hôtel, j’ai donc encore pu profiter d’une journée de visite sans marcher mais tout n’a pas été simple. A l’entrée du Temple Ling Yin, Sophie a eu d’âpres discussions avec la guichetière qui ne voulait pas laisser entrer en fauteuil une non-croyante (je pouvais difficilement me faire passer pour une chinoise bouddhiste !). Mais elle y est arrivée, sacrée Sophie ! (Photo temple) Puis visite de la pagode des Six harmonies, là je dois dire qu’après avoir monté tous les escaliers pour arriver à ses pieds je l’ai regardé d’en bas et j’ai laissé les autres monter les 7 étages, faut pas exagérer quand même ! (photo Pagode). Fin de la journée par une promenade dans un très beau parc. Le soir on est parti en taxi dans un restaurant repéré par Dom dans ses guides. Au menu du dîner : poulet farci d’herbes cuit à l’étouffé dans des feuilles de lotus, Sublime ! Ah oui j’ai oublié de vous dire mais on est tous les trois aussi amoureux de la cuisine chinoise. Je vous ai passé les détails, mais chaque repas était une découverte de nouveautés qui nous régalaient les papilles !

Ensuite Sophie nous a quittés et Jerry a pris le relais. On s’éloignait des villes très touristiques pour découvrir de nouveaux villages traditionnels et un paysage de plus en plus montagneux, certains de ces villages sont classés au patrimoine mondial par l’Unesco, des merveilles. Par contre là le fauteuil roulant n’était pas possible, d’une part les ruelles en terre ne s’y prêtaient pas vraiment mais aussi on changeait d’hôtel chaque nuit, on n’aurait pas pu le rapporter le soir ! J’ai donc plus marché, à mon rythme accroché aux bras de tous, portée par l’émerveillement de tout ce que je découvrais. Pour les antalgiques j’étais au taquet, ça n’était pas suffisant mais ça me permettait quand même de continuer à marcher. On a passé une nuit à Xidi, petit village le long d’un court d’eau avec de petites montagnes. Très calme, peu de touristes et nuit dans une ancienne maison traditionnelle transformée en auberge. Le matin on a réussi à se lever tôt et on est allé voir les femmes qui lavent le linge dans des bassins d’eau au milieu des champs. Brume, fraicheur … ambiance étonnante.

Puis il y a eu les montagnes jaunes (Huangshan), vous savez celles qu’on voit peintes sur les estampes chinoises, avec les pins qui poussent à des angles pas possibles sur les rochers. Ça c’est mon exploit. Pour tout vous dire je me suis fait un peu avoir sur ce coup là. Il fallait monter en télécabine puis marcher jusqu’à l’hôtel, que des escaliers qui montent et qui descendent, à peine 20 mn ! Dom ajoutant que sur guide indiquait que c’était accessible même à des personnes âgées. Bref ! moi j’ai mis 1h30 à moitié portée par Jerry et Dom aux bras desquels j’étais accrochée. J’ai terminée parce que je ne pouvais pas rester assise toute seule au milieu de la montagne mais vraiment j’ai bien cru ne jamais y arriver. J’ai fini en larmes, je pleurais de douleurs tout en étant profondément heureuse de l’avoir fait. La récompense valait le coup, le spectacle était à couper le souffle. Mais je ne voyais vraiment pas comment j’allais faire le lendemain pour retourner aux cabines. Le faire une fois ne sachant pas combien ce serait difficile était une chose, je ne pouvais pas le refaire. Mais comme il y a toujours une solution, Jerry m’a réservé … une chaise à porteur ! Me voilà donc transformée en impératrice ! Bon je dis ça maintenant mais sur le moment je n’étais pas très fière de me faire porter par 2 hommes qui montaient et descendaient ces immenses escaliers avec mon poids sur le dos ! Bon j’ai fait l’attraction et j’ai été prise en photo je ne sais combien de fois et puis de toute façon je n’avais pas d’autre solution. Ça va me faire des souvenirs pour longtemps.

Le soir nous prenions un train de nuit pour Shanghai. Ça valait presque notre départ Bisontin. Le train était tellement long que toutes les voitures n’étaient pas accessibles sur le quai. Il a fallut monter dedans au bout du quai puis remonter tous les wagons pour retrouver notre voiture. Ensuite petite couchette confortable (« Couchettes molles » !!) et gros dodo.

De retour à notre 1er hôtel de Shanghai on a découvert qu’il y avait un nouveau fauteuil tout neuf, une Roll Roys ! J’avais oublié de dire que le premier qu’on avait eu était vraiment en fin de course et roulait avec beaucoup de difficultés. Et mes « pousseurs » en avaient bavé, avec celui là « que du bonheur ». On a donc fait une nouvelle journée de découverte de la ville et du quartier moderne et de ses gratte-ciels impressionnants, dans lequel nous sommes montés pour découvrir la ville vu d’en haut grâce à une vue bien dégagée. Fin de la journée par une ballade en bateau sur la rivière Huang Pu avec tous les buildings illuminés, féérique !

Le voyage c’est poursuivit à Guilin puis Canton pour des raisons professionnelles. Il y a eu encore beaucoup d’émerveillement. Dans les aéroports, pour les vols intérieurs j’ai pu à chaque fois avoir des fauteuils roulants.

Voilà, si j’ai voulu vous faire partager tout cela c’est pour dire à ceux qui en auraient envie que c’est possible ! Que si vous en avez l’envie vous pouvez le faire. Il faut prévoir les choses, expliquez clairement quelles sont vos difficultés de déplacement. Pour moi ce sont les distances, je peux monter quelques escaliers et marcher mais pas longtemps. Je ne sais pas si je referai un autre grand voyage comme celui-là mais je l’ai fait, je me suis surpassée, je suis allée au-delà des douleurs parfois terribles, j’ai pleuré de douleurs aux montagnes jaunes, mais j’ai aussi pleuré de rage quand je me trouvais limitée et que je ne pouvais pas faire certaines choses que j’aurai aimé faire. Je suis passée par des moments de découragement, de colère face aux douleurs mais pas un moment je n’ai regretté ! J’ai pu découvrir un petit peu d’un pays extraordinaire.

LEs trucs et astuces pour la PR

Trucs & Astuces

J’espère que par ce témoignage je vous aurai fait rêver et que cela donnera peut-être envie àquelques uns de se lancer dans d’autres aventures !