Les Antennes locales ANDAR

Comment contacter nos nombreuses antennes locales à votre disposition ?

Antenne locale

 Actualités

Autosurveillance de la poussée inflammatoire

Dernière modification le 17 juin 2013 , par Jean-Noë l - Redacteur


Lorsque votre rhumatologue a posé le diagnostic de polyarthrite rhumatoïde, il vous a certainement annoncé que son principal objectif est de réduire, voire supprimer les poussées inflammatoires (on parle alors de rémission), à l’aide d’un traitement dont l’efficacité sur vos symptômes devrait être évaluée régulièrement. Dans ce but, le médecin mesure à chaque consultation l’activité de votre maladie. Vous aussi, vous pouvez aider votre médecin à surveiller l’activité de votre polyarthrite rhumatoïde pour adapter votre traitement le plus tôt possible lorsque cela s’avère nécessaire.

Par daphney NASRALLAH (empatient)

Rémission, guérison, de quoi parle-t-on ?

L’évolution naturelle de la polyarthrite rhumatoïde peut se faire soit vers la guérison, soit vers la stabilisation des lésions, soit vers l’aggravation. On peut parler de guérison de la polyarthrite rhumatoïde lorsque la maladie disparaît spontanément ou à l’aide d‘un traitement (la maladie ne réapparaissant pas après l’arrêt du traitement). Certaines études font entrevoir la possibilité qu’un traitement précoce de la maladie pourrait augmenter les chances de guérison. Malheureusement, cela reste une éventualité très rare. Dans la rémission, la maladie disparaît pendant le traitement mais réapparaît après l’arrêt du traitement. Vous devez donc prendre votre traitement au long cours (on ne peut plus parler d’évolution « naturelle » de la maladie). Lors d’une rémission, la polyarthrite rhumatoïde n’est que très peu ou pas active. Les destructions articulaires seront freinées ou stoppées et les symptômes tels que la douleur, le gonflement articulaire ou la raideur articulaire disparaissent. De cette façon, votre autonomie et votre qualité de vie peuvent être préservées malgré la maladie. En continuant à suivre votre traitement, une rémission de longue durée peut être obtenue.

Comment obtenir une rémission ?

La rémission peut être obtenue en prévenant les poussées inflammatoires. Cela nécessite que vous surveilliez régulièrement vos symptômes afin d’identifier au plus tôt les signes d’un pic inflammatoire. Les traitements doivent alors être adaptés de façon à contrôler la poussée le plus précocement possible, dans la perspective d’éviter les destructions articulaires.

Comment le médecin évalue-t-il l’activité de votre polyarthrite rhumatoïde ?

Tout au long de la maladie, des consultations médicales régulières sont indispensables : tous les mois en cas de poussée ou de modification du traitement de fond, tous les trois à six mois quand la maladie est stabilisée. Le rhumatologue évalue l’activité de votre polyarthrite rhumatoïde à chaque consultation, en se basant sur l’examen clinique de vos articulations, sur les résultats de vos examens sanguins, et en établissant des scores appelés DAS28, évaluant l’inflammation, et HAQ, évaluant votre autonomie gestuelle et votre qualité de vie.

Le score DAS28 s’appuie sur le gonflement et la douleur à la palpation de 28 articulations potentiellement touchées par la polyarthrite rhumatoïde (10 métacarpophalangiennes, 8 interphalangiennes proximales des mains, 2 interphalagiennes des pouces, 2 poignets, 2 genoux, 2 coudes, 2 épaules – cf. schéma), la vitesse de sédimentation (VS) mesurée lors de votre dernière prise de sang, ainsi que votre propre appréciation de votre état général sur une échelle de 0 à 100. L’indice est ensuite calculé à l’aide d’une formule mathématique. Cette méthode de surveillance, bien que performante, n’est pas vraiment adaptée à l’auto-surveillance de votre polyarthrite rhumatoïde.

Pourquoi évaluer moi-même l’activité de ma polyarthrite rhumatoïde ?

Vous seul(e) pouvez ressentir précocement une aggravation de votre maladie, ou les premiers symptômes de l’atteinte d’une nouvelle articulation. De plus, en situation de consultation médicale, il arrive souvent d’oublier d’alerter le médecin sur une nouvelle douleur, en particulier si elle n’est pas permanente. Enfin, le médecin ne peut réaliser le score DAS28 que lorsqu’il vous voit, alors que les symptômes de la maladie peuvent fluctuer selon les semaines. Evaluer quotidiennement vos symptômes grâce à ce type de questionnaire vous permet d’apporter à votre médecin une vision plus globale de votre polyarthrite rhumatoïde, en comparant les résultats apportés lors de chaque consultation aux résultats antérieurs et en constatant la persistance dans le temps de certains symptômes. En outre, cela lui permettra de mieux apprécier les pics d’inflammation et par conséquent de mieux adapter votre traitement. Par ailleurs, cela permet de mieux appréhender l’impact de votre maladie dans la vie quotidienne.

LEs trucs et astuces pour la PR

Trucs & Astuces

N’oubliez pas qu’il existe des services en ligne vous permettant de suivre votre maladie et plus particulièrement dans la polyarthite rhumatoïde : l’ANDAR, soutient le service SANOIA où vous pourrez réaliser quotidiennement un test de suivi "Rapid3" et y enregistrer les résultats jour après jour.

Plus d’informations : Plus d’informations : http://www.sanoia.com/e-sante/Polyarthrite-Rhumatoide.php#patient_one